Pieter Claesz van Ruijven, Delft, before 1674, John Michael Montias, « La vente de 1696 », « Né en 1653, l'année où Vermeer s'inscrit à la guilde de Saint-Luc, Jacob Dissius est devenu propriétaire de ces tableaux par l'intermédiaire de sa femme, qui les avaient hérités de ses propres parents. *FREE* shipping on qualifying offers. C'est ce qu'exprime en creux l'historien de l'art Edward Snow dans, Concernant les jeux de lumière dans le tableau, il est possible de se reporter à la lecture de, Computer Image Analysis in the Study of Art, En 1616, soit une trentaine d'années avant la période d'activité de Vermeer, paraît dans les Provinces-Unies l'édition néerlandaise de, « Les dames tant anciennes que modernes ont accoustumé de pendre des perles en nombre a leurs oreilles pour le playsir, dit Pline (Hist Nat 9,35), qu'elles ont a les sentir grilloter, s'entretouchant l'une l'autre. Banksy, Girl with the Pierced Eardrum (2014, Bristol). Tant de lumière irradie du chaste visage d'Elizabeth et de la jeunesse de son teint que la boucle d'oreille, en comparaison, se réduit à un point de détail indigne d'être mentionné ! La jeune fille à la perle (French Edition) Dans le cas de La Jeune Fille à la perle, il s'agit seulement de représenter un personnage portant un vêtement exotique[60]. Dès lors, il n'est pas étonnant que les visiteurs, célèbres ou anonymes, fassent de cette œuvre le joyau du musée : « Le Mauritshuis est un petit musée, ancien et tranquille, qui est un cadre parfait pour La Jeune Fille au turban. Au milieu de toutes les œuvres recherchées du XVIIe siècle qui l'entourent, la jeune fille émerge dans une tache de couleur claire et illumine la salle. Maria was born around 1654 and would have been 13, 15, and 16 if the paintings in question are dated 1667, 1669, and 1670, respectively. Concernant le modèle, on ignore si la jeune fille représentée est une simple femme de Delft, une servante de la famille, ou une des filles de Vermeer. Mais l'essentiel de cette illusion de réalité réside bel et bien dans des choix picturaux. », « Le point de vue du spectateur se situe au niveau des yeux du modèle. On connaît un portrait de Michael Sweerts : « Vermeer aurait pu découvrir l'œuvre de Sweerts à travers Louis Cousin […], qui fut son confrère à Bruxelles à la fin des années 1650 et auparavant à Rome. It cannot be measured, tagged or catalogued. Dans chaque partie, les ouvrages et les sites Internet consultés sont classés selon l'ordre alphabétique des auteurs. Par exemple, durant l’été 1994, deux célèbres tableaux de Vermeer, « Certains détails caractéristiques de la technique de Vermeer ont également été révélés, tel un petit reflet de lumière près de la commissure gauche de ses lèvres. The complicated folds and tucks […] have been entirely eliminated for the sake of simplicity. 15 mars 2020 Cycle 3 - Consolidation, Histoire de l'art peinture, portrait, Vermeer maître francois. ». To calculate the overall star rating and percentage breakdown by star, we don’t use a simple average. Cela faisait 26 ans que des recherches n’avaient pas été menées sur La Jeune Fille à la perle (vers 1665) de Johannes Vermeer (1632-1675).La semaine dernière, le Mauritshuis de La Haye a partagé les récentes découvertes faites sur le chef-d’œuvre de Vermeer. VERMEER Johannes - La jeune fille au collier de perles, 1664, Gemäldegalerie, Berlin - Non, monsieur, ce n’est pas La jeune fille à la perle de Johannes Vermeer ! « Sa boucle d'oreille faite d'une perle de grande taille est un symbole parfait pour la lumière et l'obscurité (clair-obscur), de même que sa représentation éclairée sur le fond noir dense. La célébrissime "Jeune fille à la perle" de Johannes Vermeer a retrouvé La Haye, après deux ans d'exhibition dans les plus beaux musées de la planète, et l'âge d'Or néerlandais dans un Mauritshuis rénové qui rouvre au public la semaine prochaine. La perle. À l'inverse, une petite tache blanche sur la perle, d'une autre main que celle de Vermeer, a été ôtée[27]. "La Jeune Fille à la Perle" est le plus célèbre tableau de Johannes Vermeer. The relationship between Van Ruijven and Vermeer clearly went beyond the routine contacts of an artist with a client. De manière générale, les historiens de l'art reconnaissent un contexte bien documenté et bien décrit[149]. André Malraux avait noté, dans Les Voix du silence (1951), que les tableaux de Vermeer présentant un personnage unique ne sont « pourtant […] pas tout à fait des portraits. Ce qui frappe d'emblée est le mouvement de la jeune fille qui se retourne et regarde le spectateur par-dessus son épaule. Sur les conseils de son ami avocat, le haut fonctionnaire et homme politique Victor de Stuers qui pense qu'il s'agit d'un tableau de Vermeer[21], le collectionneur d'art Arnoldus Andries des Tombe achète aux enchères pour seulement deux florins et trente cents une toile sale et non signée. Parmi ceux-ci se trouvent le portrait, ainsi qu'un sous-genre propre aux Provinces-unies, la tronie, auquel La Jeune Fille à la perle appartient[35]. La signature est peinte dans des tons proches de ceux du fond de l'arrière-plan sur lequel elle apparaît, ce qui fait qu'elle est très peu visible sur la toile, et pratiquement jamais sur les reproductions de l'œuvre[6]. Pour cela, se reporter à la colonne, Le premier à avoir exposé la théorie selon laquelle Vermeer aurait eu recours à la, « la qualité esthétique ne peut pas être expliquée techniquement. Il semble toujours désindividualiser ses modèles, comme départiculariser l'univers : pour obtenir, non des types, mais une abstraction sensible qui fait penser à celle de certaines Korés. Les choix de représentation ressemblent de plus à ceux utilisés dans le Portrait d'une jeune femme, actuellement conservé au Metropolitan Museum of Art de New York ; les deux toiles sont par conséquent systématiquement comparées, soit pour être rapprochées, jusqu'à en devenir des pendants possibles l'une de l'autre[63], soit au contraire, pour être distinguées[64], voire nettement opposées[65]. ». Le fameux Mauritshuis de La Haye, qui abrite notamment le chef-d’œuvre de Johannes Vermeer La Jeune Fille à la perle, rouvrira ses portes le vendredi 27 juin 2014, après deux ans de travaux de rénovation et d’agrandissement »[147]. « Puisqu'on sait que Vermeer a continué à utiliser généreusement ce pigment même dans les dernières années de sa vie, alors qu'il connaissait une situation financière de plus en plus mauvaise dans le contexte de la guerre avec la France, il est probable que son riche mécène Delft Pieter van Ruijven en ait lui-même assumé le coût. Précédents dans l'utilisation d'un turban. », « Aux Pays-Bas, la réalisation de peintures de chevalet, aisément négociables, que les artistes hollandais furent les premiers à reconnaitre et à exploiter, leur permit de promouvoir les œuvres privées, jusqu'à en faire un des principaux commerces artistiques de l'Europe aux, « Dans les églises de la Réforme hollandaise dédiées au culte calviniste, la chaire était le principal centre d'intérêt : les images pieuses, les retables et les chorales étaient bannis, les autels enlevés, et les murs blanchis à la chaux. Les quatre points naturels d'intérêt encerclent la totalité du visage. Il s'agit d'un procédé optique d'aide au dessin, permettant de projeter l'image d'un modèle sur une surface plane, où elle apparaît toutefois plus petite et à l'envers. Certains spécialistes doutent cependant du fait que le pendant d'oreille soit bien constitué d'une perle — ce qui remettrait en cause le bien-fondé du titre attribué à l'œuvre —, en premier lieu parce qu'il n'existe aucune perle d'une telle grosseur[138]. Exemples d'œuvres de Vermeer dans lesquelles apparaît le motif de la perle. « On applique l'ancien terme hollandais de, « Leonard Slatkes parle d'une "culture du caravagisme" de Delft. À l'instar du visage se détachant sur le noir de l'arrière-plan, la perle se détache sur l'obscurité fournie par l'ombre de la tête de la jeune fille et contraste avec le vêtement qu'elle porte[Note 6]. Par ailleurs, le portrait hollandais de cette époque témoigne d'une forte influence de l'Italie, qui correspond notamment à la diffusion du caravagisme dans les Provinces-Unies à la faveur des voyages des peintres hollandais. The quality of aesthetics cannot be explained technically. Read honest and unbiased product reviews from our users. « A l’époque le turban est un accessoire peu utilisé dans les portraits. L'œuvre tombe dans un oubli de près de deux siècles, avant de réapparaître lors de la vente Braams, à La Haye, en 1881. 5 Pages • 1787 Vues. J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman qui naît d’un portrait énigmatique. De plus, Vermeer propose sa propre version de la technique du sfumato que le maître italien avait théorisée puis utilisée dans son œuvre[Note 1]. La proximité des dimensions (44,5 × 39 cm pour l'un, 44,5 × 40 cm pour l'autre), des sujets (deux tronies), des poses et postures, des contrastes d'éclairage (insertion du modèle sur un arrière-plan sombre), des motifs (la perle, même si celle-ci est moins visible dans le Portrait d'une jeune femme, et le tissu recouvrant une partie de la tête), fait que les deux toiles sont souvent tenues comme des pendants l'une de l'autre[79],[80]. Trading vessels often brought fascinated news and relics to Delft from around the world. Sont alors promus des genres picturaux considérés comme inférieurs dans les autres parties de l'Europe. Michael Sweerts, Jeune Homme au turban tenant un bouquet, vers 1661, Madrid, Musée Thyssen-Bornemisza[128]. », « Mêmes accessoires perle et turban aussi, pourtant le modèle [du, « [...] son visage au gracieux contour a la fraîcheur veloutée d'une pêche de Cardin. Depuis cette date, le tableau est la propriété du Mauritshuis où il fait partie de l'exposition permanente[23]. Le turban était déjà un accessoire populaire à la mode dans l'Europe du. Une lumière franche, provenant du bord gauche du tableau, éclaire le modèle pratiquement de face. Tracy Chevalier reconnaît la justesse de ces critiques, rappelant que son roman n'est qu'une fiction[152]. « A l’époque le turban est un accessoire peu utilisé dans les portraits. La pose de la jeune femme inspirée du Titien[39] (buste de trois quarts dos et visage de trois quarts face), et déjà employée par Vermeer cinq ans auparavant dans La Jeune Fille au verre de vin, crée un effet de tension visuellement intéressant en faisant diverger la position du corps du modèle et l'orientation de son regard, jeté « par-dessus l'épaule »[69]. », « La perle [est] pure parce qu'elle est réputée sans défaut, qu'elle est blanche, que le fait d'être tirée d'une […] coquille grossière ne l'altère pas. Le confinement ne nous arrêtera pas ! Où la voir ? Cette oeuvre est une peinture de la période classique appartenant au style baroque.. Ce visage est si nettement individualisé qu'on a pensé qu'il s'agissait d'un portrait ; dans ce cas, ce serait le seul connu de Vermeer. It is not possible to cite a particular treatment as the reason for the present appearance of the background. It is no wonder that people are enraptured by the glow of her innocent, exquisite gaze. Le tableau pourrait en effet correspondre à l'une des trois tronies vendues aux enchères à Amsterdam le 16 mai 1696, à l'occasion de la succession de l'imprimeur delftois Jacob Dissius, le beau-père de Pieter van Ruijven[18]. La perle, qui n'est pas une perle, attire le regard; une grande création de lumières et d'ombres luisantes et de bords effilochés. Jacob Dissius (with his father Abraham Dissius, 1685-1694), Delft, 1682-1695; Dissius sale, Amsterdam, 16 May 1696, lot 38 (f36,-), 39 (f17,-) or 40 (f17,-); Braams sale, The Hague, 1881 (day and month unknown) (f2,30 to Des Tombe); A.A. des Tombe, The Hague, 1881-1902 (on loan to the Mauritshuis in 1881); bequest of Arnoldus Andries des Tombe, The Hague, 1903. A propos du livre "La Jeune Fille à la perle" La Jeune Fille à la perle est un roman écrit par Tracy Chevalier publié pour la première fois en 2000 aux éditions Gallimard. La jeune fille à la perle. « Le modèle moins gracieux que l'on voit dans la, « Lorsque Vermeer est mort, il avait onze enfants, dont sept ou huit étaient des filles. The economic advantage of having ones relative pose for long hours would be obvious. « Alors que la renommée durable de Vermeer, « Son turban est fait de tissu bleu et jaune, ses lèvres sont rouges - les trois couleurs primaires encore. De même, à Bologne, le correspondant de l'AFP note qu'elle « suscite une véritable frénésie », ce que confirme le directeur de l'exposition signalant qu'« il y a une fièvre incroyable autour de ce tableau » et qu'il avait « pré-vendu quasiment 100 000 billets » en seulement quelques semaines[162]. Sur Label Emmaüs, la solidarité continue ! « Vermeer a mélangé de très petites quantités de vermillon et d'ocre jaune avec du blanc de plomb pour les teintes chair du visage de la jeune fille. Le tableau ne porte pas de mention de date, mais les chercheurs estiment qu'il a été peint aux alentours de 1665 : « entre 1664 et 1665 » selon l'historien de l'art John Mickaël Montias[7], « entre 1665 et 1667 » selon son confrère Walter Liedtke[8], « entre 1665 et 1666 » selon le conservateur du département d'Art européen du nord de la National Gallery of Art de Washington, Arthur Wheelock[9], ou, plus simplement, « vers 1665 » selon le site du Mauritshuis[1]. De nos jours, le tableau, le plus populaire de Vermeer, est tenu pour un des chefs-d'œuvre du peintre en raison de sa composition et de l'atmosphère qu'il dégage. Small hairs from Vermeer's brush are found in the half-tones of the flesh areas. Détail de La Jeune Fille à la perle permettant de constater que l'arête du nez est littéralement fondue dans la joue du modèle. Séquence II. Agissant comme un miroir dans le tableau, la perle reflète la lumière de la fenêtre située en dehors du cadre à gauche, et, comme l'a révélé la restauration, le col immaculé de la veste[60], ce qui est cohérent avec le fait que la perle constitue un symbole de pureté[134]. Enfin, le travail de restauration mené sur ce tableau ainsi que sur la Vue de Delft a permis une étude en profondeur des techniques utilisées par Vermeer lors de l'élaboration de ses toiles[28]. La beauté est au-delà de la technique. La fille n'a ni sourcils ni cils. She turns her head against the direction of her body, toward the viewer; her eyes complete a ninety-degree pivot that the head by itself cannot, or will not sustain. — Hans Koning, écrivain et journaliste hollandais. 3 mai 2016 - Découvrez La Jeune Fille à la perle de Vermeer et achetez un poster ou une reproduction sur toile de cette œuvre d'art. J’ai lu « La jeune à la perle » peu de temps après avoir visité la belle exposition Vermeer au Louvre et il me semble que je pouvais difficilement être dans de meilleures dispositions. De même, l'hypothèse centrale du film, à savoir que le modèle de Vermeer pour la conception de La Jeune Fille à la perle a été une servante nommée Griet se révèle certainement inexacte car les recherches penchent plutôt vers l'hypothèse de la propre fille de Vermeer, Maria[2]. La jeune Griet, engagée comme servante dans la maison de Vermeer, s'occupe des enfants, endure l'inquiétude de l'épouse et la jalousie d'une intendante acariâtre. », Qui sont trois couleurs avec lesquelles toute autre couleur peut être créée dans un procédé de, « Le modèle peut être idéalisé et ne pas exister réellement, mais il peut aussi s'agir de Maria, la fille cadette de Vermeer, qui avait entre 12 et 13 ans en 1665. Les plis et replis complexes […] ont été entièrement supprimés pour des raisons de simplicité. After viewing product detail pages, look here to find an easy way to navigate back to pages you are interested in. Les no 38, 39 et 40 du catalogue de cette vente, qui ne comporte pas moins de vingt-et-une œuvres de Vermeer[19], sont respectivement désignés comme tels : « Tronie en habits anciens, d'un art consommé » (vendu 36 florins), « Un autre de Vermeer » 17 florins), « Pendant du même » (vendu pour la même somme)[10]. La Jeune Fille à La Perle. J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman qui naît d’un portrait énigmatique. La Jeune Fille à la perle (Girl with the Pearl Earring) est un film britannico-luxembourgeois réalisé par Peter Webber, sorti en 2003. La vivacité de l'éclairage rend également invisible l'arête du nez, littéralement fondue avec la joue droite[43],[44]. Sauf mention contraire, ces informations proviennent de Janson 2014. Or, plusieurs indices laissent penser qu'il en a été ainsi dans la création de La Jeune Fille à la perle. ». ». Jan van Eyck, L'Homme au turban rouge, 1433, Londres, National Gallery. À cette époque, le marché de l'art dans les Provinces-Unies est fortement développé. La palette de cet étrange peintre est : bleu, jaune citron, gris perle, noir, blanc. Le milieu du visage coïncide avec le centre géographique de l’œuvre. La jeune femme est vêtue de ce qui semble être une veste, au tissu lourd offrant peu de plis d'une couleur ocre foncé, voire marron, rehaussée d'un col blanc. Ce tableau de moyenne dimension est un portrait en buste d'une jeune femme anonyme — peut-être l'une des filles de Vermeer — portant une perle à l'oreille ainsi qu'un turban sur la tête. Certains auteurs ont d'ailleurs la quasi-certitude que Vermeer a pris une de ses filles comme modèle, la grande majorité des femmes apparaissant dans ses peintures étant son épouse, ses filles ou sa belle-mère[53],[Note 2]. De ce fait, le marché de l'art devient rapidement hautement spéculatif[30], et Delft, la ville où Vermeer exerce l'activité de peintre mais aussi de marchand d'art, n'échappe pas à cette intense activité artistique[31]. L'action se déroule au XVIIe siècle à Delft, aux Pays-Bas, et le récit fictif évoque l'artiste, la fille de la … Ce n'est qu'à partir de 1921 que l'œuvre fait aussi l'objet d'expositions en dehors des Pays-Bas. De fait, Walter Liedtke reprend la même comparaison avec la statuaire grecque archaïque et souligne la perfection des contours et la géométrisation de l'arc des paupières, de la ligne droite du nez prolongée en courbe par les sourcils, ou encore le lissage du front et du menton, figurant une « douceur juvénile et virginale »[61]. The title given by the Mauritshuis where the painting is housed is : « Meisje met de parel ». », « Sur la totalité de ce que nous connaissons de l’œuvre peint de Johannes Vermeer, presque tous les tableaux sont des scènes d’intérieur […] à partir d’un très petit nombre d’accessoires, les mêmes objets revenant d’un tableau à l’autre. […] Since Vermeer continued to employ without reserve this pigment even in the last few years of his life when he faced a dramatically deteriorating financial situation due to the war with France, it may be that his rich Delft patron Pieter van Ruijven covered the cost. Tracy Chevalier lui a consacré son deuxième roman (Girl with a Pearl Earring en version originale), paru en 1999, qui retrace la vie imaginée du modèle du tableau et des circonstances qui ont entouré la réalisation de ce dernier. From approximately the mid 1660s when it was presumably painted, nothing was known of the Girl with a Pearl Earring until it was sold in 1882. The piece may also be the product of Vermeer’s imagination. It is hardly conceivable that Maria or her younger sister Elisabeth could have been portrayed in the Girl with the Pearl Earring, which is generally dated about 1665 when the older of the two sisters was less than twelve years old. She was portrayed as a very unpleasant individual. Mais quant a moy, qui sçay que le grand ami de Dieu Isaac envoya des pendans d'oreilles pour les premieres arres de ses amours a la chaste Rebecca (Gn 24,22), je croy que cet ornement mystique signifie que la premiere chose qu'un mari doit avoir d'une femme, et que la femme luy doit fidelement garder, c'est l'oreille, affin que nul langage ou bruit n'y puisse entrer, sinon le doux et amiable grillotis des paroles chastes et pudiques, qui sont les perles orientales de l'Evangile : car il se faut tous-jours resouvenir, que l'on empoisonne les ames par l'oreille, comme le cors par la bouche.